La micro-entreprise 2018 : un statut toujours intéressant ?

La micro-entreprise 2018 : toujours un statut intéressant ?

Le régime de la micro-entreprise a toujours été très prisé par les personnes qui souhaitent faire leur premier pas dans l’entrepreneuriat. Il demande deux fois moins de temps de gestion mais est également limité par un plafond de chiffre d’affaires. Si ce plafond sera revu en hausse en 2018, la réforme est plutôt incohérente, selon l’avis de certains experts. La micro-entreprise 2018 sera-t-elle toujours intéressante ?


La micro-entreprise 2018 : toujours un statut intéressant ?


Le doublement des plafonds de chiffre d’affaires de la micro-entreprise au 1er janvier 2018, intégré au Budget de la Sécurité sociale, départage les entrepreneurs. Le plafond sera de 170 000 euros pour la vente de marchandises et de 70 000 euros pour les prestations de services et activités libérales. Certains prennent cette hausse comme une bonne nouvelle, mais pour d’autres elle suscite beaucoup d’inquiétudes.

Plus de comptabilité et de gestion pour les entrepreneurs


Pour sa part, la Fédération des auto-entrepreneurs (Fedae) dénonce que ce doublement des plafonds devrait s’accompagner d’une hausse parallèle du plafond de franchise en base de TVA. En effet, une fois que le micro-entrepreneur dépassera les anciens seuils (33 200 euros pour les prestations de services/activités libérales et 82 800 euros pour les activités commerciales), il devra collecter la TVA. Ce qui veut dire que les démarches et la comptabilité seront plus compliquées une fois ces seuils dépassés.

De plus, les entreprises doivent s’équiper d’un logiciel certifié français pour la facturation en 2018. En effet, la nouvelle réglementation oblige les entreprises françaises à se munir d’un logiciel de facturation agréée 2018. Si vous souhaitez plus d’informations, voici notre article : Nouvelle réglementation pour la facturation 2018 !

La couverture sociale des entrepreneurs plus onéreuse ?


D’autre part, selon l’Institut de la protection sociale (IPS), un think tank regroupant des experts financiers, juridiques et fiscaux, trouve la mesure mitigée. Favorable pour les annonces mais la réalité est autre. Les auto-entrepreneurs risqueraient de payer très cher leur couverture santé et retraite. D’après une étude que l’IPS a publiée récemment, le statut de micro-entrepreneur coûte déjà plus cher que celui d’entrepreneur individuel, et il le sera d’autant plus après la rehausse des plafonds. L’institut cite ainsi quelques exemples concrets : le micro-entrepreneur maçon, avec ses 60 000 euros de CA, devra faire un chèque de 13 800 euros au Régime social des indépendants (RSI), contre 5954 euros s’il avait été au régime réel ; ou encore le micro-entrepreneur réalisant 150 000 euros de chiffre d’affaires avec sa boutique de prêt-à-porter paiera 19 800 euros de charges, contre 9186 euros s’il avait été au réel… La hausse des seuils pourrait-elle ainsi être à double tranchant ?

Vous souhaitez une démo de 15 min pour découvrir notre outil, contactez nous directement au 07-82-94-91-54 ou essayez gratuitement Axonaut durant 15 jours.

Essayer Gratuitement !

Cet article a été rédigé par l’équipe d’Axonaut. Éditrice de la solution Axonaut, outil d’aide à la gestion vous permettant de se concentrer sur l’essentiel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *